tristan brisard

talu : inuktitut. abris, cachette

cfa

Saint-Herblain (44)
2014


Maîtrise d’ouvrage : Région des Pays de la Loire
Programme : Construction d’un nouveau bâtiment pour le CFA horticole et paysager Jules Rieffel
Surface : 650 m2
Coût des travaux  : 1 550 000 € HT
Mission : BASE + EXE + OPC
Statut : Livré


⟵ retour







« COMPACT. Le bois structure, habille et met en scène le bloc monolithique BBC installé au coeur du vaste cadre naturel entourant les bâtiments hexagonaux du lycée général et technique horticole Jules Rieffel. Des vides s’y creusent pour marquer l’entrée ou la terrasse haute, des scarifications s’y incrustent pour signifier les degrés d’un escalier, des reflets mouvants s’y enchâssent aux dimensions plurielles des baies carrées et des fenêtres horizontales. »
Dominique Amouroux - Jeunes Architectes et Paysagistes Ligériens 2011

Le site prend l’aspect d’un vaste cadre naturel marqué par une trame serrée de parcelles agricoles. Talus arborés, espaces boisés, fossés, haies, arboretum… sont autant d’éléments empruntés au vocabulaire du bocage qui témoignent de l’importance que prend l’élément végétal sur le site.

La conception d’un bâtiment pour un C.F.A. horticole et paysager intégre au premier plan le paysage et l’environnement et doit avoir un regard spécifique sur le site et ses abords directs : inscrire le nouveau bâtiment dans la continuité du site existant et dans la trame orthogonale de l’ensemble bâti ; prolonger le contexte végétal sur le projet par des toitures végétalisées et une noue paysagée ; privilégier une orientation Nord – Sud optimale du point de vue thermique. Elle est un reflet, un dialogue avec le contexte et le paysage.

Le bois structure, habille et met en scène le bâtiment, qui apparaît comme un bloc monolithique marqué par la répétition de lames étroites de bardage. On vient y creuser des vides : entrée couverte, terrasse haute... Le dimensionnement et le traitement des ouvertures répondent à la fonction des espaces abrités et au paysage extérieur en regard. Ainsi, les brises soleil fixes au Sud apparaissent comme des lames qui se soulèvent, des parties ajourées sous forme de claustra se placent au droit des locaux techniques ou des locaux à faible besoin en luminosité…

Le volume intérieur est marqué par un hall toute hauteur qui distribue l’ensemble du bâtiment. Il joue le rôle de puits de lumière et fait le lien entre les différentes entités programmatiques. Ces espaces de circulation s’ouvrent par des cadrages sur le paysage Nord  (haies, arboretum…) pour un dialogue avec le paysage. La peau du bâtiment est le miroir du contexte.


Intervenants : Tristan Brisard Architecte — BET TCE : ISATEG — OPC : ARCOOS — Acousticien : ACOUSTIBEL
Données environnementales : BBC — Bilan Carbone Nul ou Positif — Cibles QEB TP (1, 2, 3, 4, 5, 10 et 13) — Structure bois — Toitures végétalisées — Récupération des eaux pluviales pour les sanitaires — Panneaux photovoltaïques non intégrés dans calcul thermique — Qualité de l’air : mise en œuvre de produits naturels non transformés, non traités, de matériaux bruts, colles à faible émissivité de COV...

Photographies : Stéphane Chalmeau, Tristan Brisard

Marker