tristan brisard

talu : inuktitut. abris, cachette

ateliers

Saint-Berthevin (53)
2011


Sélection Prix 2014 Archidesignclub awards by MUUUZ catégorie infrastructures
Publication Magazine AMC “2011 - Une année d’Architecture en France” — janvier 2012


Maîtrise d’ouvrage : Mairie de Saint-Berthevin (53)
Programme : Ateliers municipaux : tertiaire (accueil, bureaux, salle de réunion) et ateliers techniques (vestiaires, douches, stockages, ateliers, quai)
Surface : 255 m2
Coût des travaux  : 610 000 € HT
Mission : MOP + EXE
Statut : Livré


⟵ retour


« RADICAL. Flottants, diaphane ou présent, les deux bâtiments parallèles sont réunis par une coursive. Construite en bois, cette longère tertiaire bicéphale abrite les bureaux, la salle de réunion et les vestiaires. Les matériaux sont à l’image de ceux dont les équipes municipales se servent : multiples. Les panneaux de polycarbonate jouent de leur opalescence pour laisser deviner la présence d’ouvertures, à moins que le cadre qui les cerne ne se détourne d’une ligne toute tracée pour souligner une baie.»
Dominique Amouroux - Jeunes Architectes et Paysagistes Ligériens 2011

CONTEXTE. Le contexte urbain, à mi-chemin entre une entrée de ville et la campagne, est difficilement caractérisable. Il est un carrefour où se juxtaposent des typologies très différentes : Zones d’habitat pavillonnaire et semi-collectif / Terrains de sports et de loisirs / Aires agricoles en jachère / Volumes boisés / Haies et fossés résultant du bocage Mayennais en grande partie effacé… Le vocabulaire des équipements automobiles s’y décline dans une triste banalité (bordures béton, lampadaires autoroutiers, enrobé, rond-point engazonné…). Serres de culture de plantes d’agrément en grande partie délaissées, box de stockage, entrepôts métalliques vieillissant… caractérisent la parcelle des ateliers municipaux. L’emplacement précis de la future construction est une zone en friche où se désagrègent, entre les herbes folles, des matériaux et équipements inutilisés. Son altimétrie est à -1.20 m en dessous du niveau rue (entrée). Un talus végétalisé marque la déclivité.

VOLUMETRIE ARCHITECTURALE. L’ensemble s’articule autour de deux volumes distincts du point de vue architectural qui s’implantent parallèlement suivant un axe Est - Ouest. Le volume «Nord» apparaît comme un bloc monolithique recouvert entièrement d’un bardage de polycarbonate. Il reçoit une toiture végétale visible du parking et de l’entrée. Il abrite une salle de réunions, des vestiaires et sanitaires et se relie au volume Sud par l’intermédiaire d’une coursive largement vitrée. Le volume «Sud» est marqué par un grand débord de toiture (bac acier ondulé) qui intègre des panneaux photovoltaïques. Recouvert d’un bardage bois (Douglas), il tranche volontairement en aspect avec le bâtiment Nord. Il accueille des bureaux et archives. L’entrée dans le bâtiment se fait depuis le parking par une passerelle d’accès qui dessert le parvis et contribue à l’aspect flottant de l’ensemble. La coursive centrale relie tous les espaces entre eux, notamment l’entrée secondaire (personnel) avec le reste des fonctions. Largement vitrée, elle est baignée de lumière. L’idée est de tirer profit et de mettre en scène de manière évidente et didactique le bâtiment en fonction de ses orientations (confort d’été...).

Photographies : Stéphane Chalmeau

Marker